Deprecated: Non-static method JSite::getMenu() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/ethiop80/public_html/templates/yoo_micasa/warp/systems/joomla/layouts/com_content/article/default.php on line 13

Deprecated: Non-static method JApplication::getMenu() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/ethiop80/public_html/includes/application.php on line 536

La civilisation éthio-sabéenne pré-axoumite

Écrit par John le . Publié dans Uncategorised

L’histoire de l’Ethiopie devient plus intéressante encore lorsque nous pouvons avoir accès à des inscriptions, des objets de cultes ou d’art, des bijoux, des pièces de monnaies ou encore des objets utilitaires tels qu’outils et pots, ou encore fers à marquer le bétail d’une remarquable sophistication. Le Musée national d’Addis Abeba en expose une intéressante collection qui remonte jusqu’au 8e siècle avant J.-C., la période dite pré-axoumite, celle qui atteste de liens importants du nord de l’Ethiopie et de l’Erythrée actuelle avec l’Egypte ainsi qu’avec l’empire sabéen de l’Arabie du sud, la région du Yémen d’aujourd’hui. En effet, on retrouve des inscriptions en langue sudarabiques et des objets d’un culte au soleil et à la lune des deux côtés de la mer Rouge.

Le spectaculaire temple en pierre de Yeha, à 50 km au N.-E. d’Axoum, qui date d’il y a 2'500 ans et dont les murs se dressent aujourd’hui encore à plus de 12 m. de haut, reflèterait également une architecture propre à l’Arabie du sud. De plus, l’existence d’un royaume nommé DMT, qui pourrait être vocalisé comme Damaat, se retrouve dans des inscriptions gravées sur pierre des deux côtés de la mer Rouge et semblerait confirmer l’existence d’une forme d’union éthio-sabéenne. Les spécialistes relèvent aussi que l’agriculture des deux régions parait similaire à l’époque, avec l’établissement de terrasse et le creusement de réservoirs permettant une culture par irrigation.

Cette période a été celle d’une immigration continue de populations sémites provenant de l’Arabie au sein d’une population indigène de type couchitique. Ce mélange a non seulement produit le type caractéristique des Ethiopiens, littéralement en grec «les visages brûlés », à la peau foncée et aux traits fin, mais explique aussi le nom Abasha, d’où vient Abyssinie, qui connote l’idée de mélangé ou d’immigré.